Les maladies des taches foliaires: des formes différentes, une prévention commune

Cette émission est une présentation de Bionik,
une gamme d’engrais et de composts certifiés 100 % biologiques
et produits au Québec.

L’apparition de petites taches sur les feuilles des légumes ou des fruitiers fait souvent monter le stress des jardiniers. Pourtant, les maladies des taches foliaires sont le plus souvent sans conséquences graves. Elles mènent généralement à un petit ralentissement de la végétation, sans entraîner de problèmes majeurs. Les formes les plus graves peuvent détruire quelques feuilles, en général proches du sol, et attaquent rarement les jeunes feuilles.

Inutile de chercher à identifier avec précision les responsables de ces maladies, car il y en a plusieurs. La maladie la plus commune est l’alternariose. Toutefois, les maladies des taches foliaires peuvent être provoquées par la maladie de la tache alternarienne, la maladie de la tache ramularienne, la maladie de la tache stemphylienne, la maladie de la tache ascochytique ou de la cercosporose.

Quelle que soit l’origine de ces maladies, elles se manifestent de façon assez semblable. On observe des taches de différentes grandeurs, réparties aléatoirement sur le limbe et parfois sur la marge des feuilles. Il peut s’agir :

  • de taches brunes au contour diffus distribuées aléatoirement sur le limbe;
  • de taches circulaires à irrégulières ou concentriques, grises à brun foncé, à noires;
  • de taches ovales ayant un centre beige à brun clair bordé d’une marge pourpre;
  • de taches angulaires, brun pâle avec un halo brun foncé;
  • de petites taches humides brun foncé, plutôt ovales à angulaires,
  • de petites taches circulaires brun foncé puis plus pâle qui prennent une coloration gris foncé à noires.

Le cycle vital de ces maladies est assez similaire. Si certaines présentent des différences, cela ne change en rien les mesures de prévention et de contrôle. Les champignons pathogènes hivernent dans les résidus de culture, les mauvaises herbes et certaines plantes hôtes sensibles. Au printemps, ils produisent des spores qui sont ensuite dispersées par le vent et l’eau, les insectes, les équipements et les travailleurs. L’eau est un facteur important de dissémination, les spores atteignant les feuilles basses grâce aux éclaboussures provoquées par les pluies ou l’irrigation. Les maladies sont favorisées par de longues périodes humides, au moins 8 heures, et une température supérieure entre 18 °C et 20 °C selon le parasite. Certaines maladies sont aussi entraînées par l’alternance de conditions sèches et humides. Les symptômes apparaissent 2 à 3 jours après l’infection. Plusieurs cycles de nouvelles infections par saison sont souvent observés. En fin de saison ce sont les spores présentes sur les lésions foliaires qui contaminent le sol.

Les plantes infectées par les maladies des taches foliaires sont les betteraves, les bettes à carde, les carottes, les cerises de terre, les choux, les concombres, les courges, les courgettes, les épinards, les haricots, les melons, les navets, les piments, les pois, les poivrons, les pommes de terre, les roquettes et les tomates.

S’il est possible de contrôler les maladies des taches foliaires en utilisant un fongicide à base de prêle, du bicarbonate de soude ou de la bouillie bordelaise, à base de cuivre, les mesures de prévention sont les plus efficaces.

Comme les spores hivernent dans le sol, on pratique la rotation des cultures. Au moment de la plantation, on distance correctement les plants afin de permettre une bonne aération entre les plants. On irrigue le matin pour que le feuillage s’assèche rapidement. Idéalement, on arrose le plus près possible du sol, sous les premières feuilles, ce qui est facile avec un système d’irrigation maison. L’utilisation de paillis réduit, voire éliminé, les éclaboussures qui pourraient atteindre les premières feuilles. Cette technique est particulièrement efficace pour contre l’alternariose de la tomate.

Une fertilisation et un arrosage adéquats aident aussi à prévenir des maladies. L’élimination des mauvaises herbes et des résidus de cultures infectées doit faire partie de la boîte à outils permettant de contrôler ce problème.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.