asiatiques

Frais concombres

Cette émission est une présentation d’Acti-solproducteur d’engrais naturels efficaces, produits localement et recommandés par les professionnels.

On les dit insipides et peu savoureux, mais ils sont très rafraîchissants. Les concombres sont originaires de l’Inde. Ils y sont cultivés depuis au moins 5 000 ans. Les Égyptiens, les Grecs et les Romains en mangeaient déjà il y a plus de 3 000 ans.

Les concombres sont des légumes-fruits allongés, courts ou longs, à la peau plus ou moins lisse, le plus souvent verte, parfois blanchâtre. Leur chair vert tendre est plus ou moins remplie de pépins. Quelles différences avec les cornichons? En fait les cornichons sont de petits concombres récoltés avant la maturité. Il existe aujourd’hui quelques variétés dont les fruits ne grossissent pas et qui font donc d’excellents cornichons. On distingue différentes formes de concombres :

  • de jardin : plutôt courts à la peau parfois lisse, parfois avec des épines;
  • anglais : très longs et à pelure plus ou moins lisse, vert foncé;
  • libanais : courts, de petit diamètre, à la peau lisse, parfois côtelée et vert foncé et à la chair sucrée;
  • asiatiques : longs, bien goûteux, à la peau très rugueuse.

Les concombres, particulièrement ceux vendus dans le commerce, n’ont pas beaucoup de goût. Ils sont surtout recherchés pour leurs caractères rafraîchissants et désaltérants. Dépendant du niveau de maturité et de la variété, ils ont un goût plus ou moins amer. Les concombres sont riches en eau et très peu caloriques. Ils ne renferment que très peu d’antioxydants (zéaxanthine). Ils sont une source de fibres, de cuivre et de vitamines A, C et K.

Ce sont des plantes gourmandes et moyennement assoiffées qui aiment le soleil. On les plante dans un sol riche en fumier ou en compost, meuble et bien drainé. La culture des concombres est assez facile.

Les semis de concombres peuvent prendre plusieurs formes. À l’intérieur, on sème dans un pot de tourbe, deux à trois semaines avant la plantation à l’extérieur. On peut aussi faire un semis direct de deux ou trois graines dans des trous de 2 cm de profond. Le semis, tout comme la plantation de plants achetés en jardinerie, se fait dans un sol bien réchauffé.

Une fois que les plants ont atteint 10 cm de haut, on ne conserve que les deux plants les plus vigoureux. La distance de plantation varie suivant les méthodes de culture. Elles sont en moyenne de 40 à 80 cm, mais si on laisse courir les plants sur le sol, elles peuvent aller jusqu’à 120 cm. Si on cultive les concombres sur des tuteurs ou des treillis, 20 cm de distance entre les plants suffisent. Cultivés en pot, les concombres demandent 30 litres de terreau par plant, soit des contenants de 30 cm de profondeur et ± 38 cm de diamètre. On peut cultiver les concombres en association avec les carottes, les haricots nains, les laitues, les mescluns, les radis et les roquettes.

Les concombres demandent des arrosages réguliers, mais sans excès. Des apports d’engrais naturel trois à quatre fois au cours de la saison leur sont bénéfiques. On privilégie les engrais riches en phosphore.

Le principal ennemi des concombres est la chrysomèle rayée du concombre. Afin de prévenir son apparition, on pratique la rotation des cultures, on favorise la présence des insectes bénéfiques indigènes ou introduits ou encore on installe une toile flottante au moment du semis ou à la plantation (que l’on enlève par la suite pour ne pas nuire à la pollinisation). Quand les insectes sont présents, on ramasse les adultes à la main, on installe des pièges collants jaunes ou on traite au neem. Sont aussi parfois présents les acariens (surtout par temps sec), les pucerons, les punaises et les noctuelles (vers gris), ainsi que les limaces. Du côté des maladies, le blanc est endémique. Les traitements ne donnent que très peu de résultats. En cas de flétrissement bactérien, on détruit les plants atteints. On constate parfois la présence de tache angulaire, pourriture racinaire, anthracnose, alternariose et virus de la mosaïque du concombre.

Il faut compter de 52 à 70 jours à partir de la transplantation pour commencer à récolter des concombres. On les cueille quand ils ont atteint la grosseur souhaitée. Par temps chaud, on vérifie la maturation tous les deux jours, les concombres poussant très rapidement. En général, plus les concombres sont fins, plus ils sont goûteux et sans pépins. La récolte se fait idéalement en fin de journée. Les concombres se conservent une semaine au réfrigérateur. On les consomme le plus tôt possible après la récolte. Ils se mangent toujours frais, seuls ou accompagnés d’autres légumes, de fromage ou de trompettes.

Les jardins de vos rêves, lesjardinsdevosreves.com, un bijou de jardin où le voyage est à l’honneur.
À découvrir absolument!