Limaces et vers gris : deux dévoreurs invétérés

Cette émission est une présentation de Sème-saveurs, le spécialiste des plantes comestibles prêtes à planter.

Les limaces

Ce sont des gastéropodes dont les corps mous peuvent être bruns, orangés ou gris pâle. Leur présence est signalée par des traces de bave et des feuilles dévorées. Les limaces mangent le feuillage des betteraves, bettes à carde, chicorées, choux, concombres, courges, épinards, haricots, laitues, melons, roquettes et tomates.

Bien que les jardiniers se plaignent de leur présence, les limaces sont utiles. En effet, leur bienfait principal est de digérer les matières organiques. Par conséquent, un sol vivant, pourvu d’une rhizosphère importante et en bonne santé, devrait permettre de réduire la présence des limaces.

De manière préventive, on évite les excès d’humidité du sol et on favorise la présence des prédateurs naturels que sont les araignées, les crapauds, les grenouilles, les couleuvres, les oiseaux insectivores et les petits rongeurs. Les œufs et les jeunes mollusques sont mangés par les perce-oreilles. On peut utiliser certaines plantes afin d’éloigner les limaces. Les absinthes, bourraches, capucines, cerfeuils, estragons français, hysopes, romarins, sauges officinales, soucis des jardins et thyms sont de bons répulsifs. Installés stratégiquement, les laitues, oignons et consoudes peuvent servir de plantes-pièges.

Il existe trois méthodes éprouvées pour contrôler les limaces. La première est le ramassage à la main des adultes. La deuxième est le piégeage à l’aide de planches, de cartons épais ou de tuiles plates, les premières étant les plus efficaces. Durant le jour les limaces se réfugient sous ces matériaux et il suffit de les retourner pour les capturer, puis les détruire. La troisième méthode est l’épandage des granules de phosphate ferrique ou de granules de fer et de sodium EDTA.

Les avis sont partagés sur les pièges à bière. Certains jardiniers l’utilisent avec succès, alors que d’autres n’ont pas de bons résultats. On leur reproche souvent d’attirer encore plus de limaces au jardin potager et de détruire certains insectes prédateurs des limaces. Leur bon positionnement est une des clés de la réussite.

Que penser de l’utilisation des coquilles d’œufs, de la cendre, du marc de café, du sable et des cheveux humains? Pour les coquilles d’œufs, là encore les avis sont partagés. On sait par contre que pour une certaine efficacité, il faut que les coquilles soient lavées avant d’être étendues. On considère que si on utilise les bonnes quantités d’œufs, et il en faut beaucoup, le taux de réussite est d’une fois sur trois. Il semblerait que saupoudrer les coquilles de sel augmenterait les effets de ce procédé. La cendre semble efficace, mais uniquement quand elle est sèche. Les limaces aimant les environnements plutôt humides, dès que la cendre est humide son efficacité est nulle. Le marc de café sec est efficace, le sable sec plus ou moins, et les cheveux humains ralentissent leur progression. Toutefois, l’utilisation de ces produits peut avoir des « effets secondaires ». Dans le cas de la cendre et du sable, une grande utilisation peut modifier les qualités du sol. Dans le cas des coquilles d’œufs, du marc de café et des cheveux humains il en faudrait une telle quantité que le jardinier risque des problèmes de santé… jusqu’à s’en arracher les cheveux sur la tête.

On sait aussi que les poules font le nettoyage des limaces dans le jardin. Toutefois, étant donné que lorsque le potager est en croissance les poules risquent de faire des dégâts, potentiellement plus que les limaces, il est conseillé de laisser-faire les volatiles hors des périodes de culture.

Les vers gris

Qu’on les appelle vers gris ou noctuelles, ce sont en fait les mêmes insectes. Les vers gris sont les larves redoutables des noctuelles, des papillons inoffensifs. Par contre, il ne faut pas confondre les vers gris avec les vers blancs.

On identifie la présence de vers gris quand la base des tiges est coupée. Ces dégâts sont faits par les larves adultes et le plant est alors totalement perdu. Il arrive aussi que le feuillage soit mangé par les jeunes larves. Au cours de la saison, les noctuelles, sous forme de vers, peuvent dévorer les tiges, les feuilles ou les fruits.

Les vers gris infestent les aubergines, betteraves, bettes à carde, carottes, cerises de terre, choux, concombres, courges, échalotes françaises, haricots, laitues, melons, oignons, panais, piments, poireaux, pois, poivrons, pommes de terre et tomates.

On peut prévenir les dégâts des vers gris sur les jeunes plants en protégeant la base des plantules avec un contenant dur dont au moins 3 cm sont enfoncés dans le sol et 5 cm sont au-dessus du sol. On peut aussi utiliser des plants ayant au moins 3 à 5 feuilles vraies plutôt que faire un semis direct. Les jeunes chenilles n’aimant pas les sols très humides, en cas d’infestation on arrose fréquemment, surtout en été. Attention, les larves utilisent le paillis pour se cacher.

On peut réduire la présence des noctuelles en favorisant la présence des insectes bénéfiques et des oiseaux. Une bonne rotation des cultures est aussi efficace. On réduit les populations en supprimant les herbes indésirables. On peut aussi utiliser des filets anti-insectes. Les bourraches, capucines, hysopes, menthes, romarins, sauges officinales et tanaisies sont des plantes répulsives pour les vers gris. Les poules sont efficaces, mais avec les mêmes restrictions que pour les limaces. Finalement, on peut ramasser les vers gris, ou traiter au Btk.

En complément: Des parasites? Pas de panique!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.