Le poireau ou l’éloge de la patience

Cette émission est une présentation des outils Garant Botanica© qui accompagnent les jardiniers dans leurs projets!

Les poireaux sont à la fois des légumes-tiges et des légumes-feuilles. Originaires du bassin méditerranéen, ils étaient cultivés en Égypte il y a plus de 5 500 ans.

S’il existe peu de variétés de poireaux, elles se différencient par la grosseur et la longueur du fut, ainsi que par la couleur du feuillage. Le goût du poireau est très proche de celui de l’oignon, mais moins fort. Il a aussi des saveurs d’asperge. Les poireaux contiennent des antioxydants et de la saponine. Ce sont une source de vitamines A, B6, C et K, ainsi que de cuivre, fer et manganèse. Ils sont riches en fibres alimentaires.

Les poireaux sont des plantes moyennement gourmandes et moyennement assoiffées qui aiment le soleil et qui s’adaptent à tous types de sols. Elles nécessitent de 75 à 115 jours pour arriver à maturité.

À cause de ce long temps de culture, on sème entre la fin-février et la mi-mars à l’intérieur. On recouvre les graines de 5 millimètres de terreau qui devrait avoir une température de 15 à 20 °C. La levée se fait en huit à 10 jours. Pour les semis hâtifs, il est parfois nécessaire de procéder à un repiquage. Les variétés à maturité courte peuvent être semées directement au potager, mais le temps de levée est alors de 10 à 20 jours.

À la suite d’un semis à l’intérieur, avant la plantation, on réduit le feuillage des jeunes plants en supprimant la partie supérieure des feuilles de manière que le plant ait de 8 à 10 cm de long. Dans le cas de plants à racines nues, on peut couper le bout des racines afin d’en favoriser l’émission. La plantation a lieu une fois les risques de gel passés. On enfonce alors la base des plants dans la terre de façon à laisser dépasser seulement 2 à 3 cm de feuillage. On laisse 5 à 10 cm autour du plant, puis on installe un filet anti-insectes.

Les poireaux s’associent aux choux-raves, carottes, céleris à côtes, chicorées, laitues, radis et roquettes. Du côté des fines herbes et des fleurs comestibles, on les mêle avec les aneths, les marjolaines, les soucis des jardins et les tagètes.

Les poireaux peuvent être cultivés en pot. On prévoit minimalement des contenants d’une profondeur de 20 cm et d’un diamètre d’environ 23 cm, ce qui permet d’apporter 4 litres de terreau par plant.

Pour bien pousser, les poireaux ont besoin d’eau, sans excès toutefois. En période de canicule, il faut s’assurer qu’ils sont assez irrigués, sinon ils ne grossissent pas. Il est conseillé de faire deux apports d’un engrais naturel riche en phosphore au cours de la belle saison. Par contre, une fertilisation trop riche en azote provoquera un surplus de feuilles et un fut blanc plus court. De plus, afin d’obtenir un fut bien blanc, à partir du moment où les plants on atteint la grosseur d’un crayon, on recouvre le bas des tiges avec de la terre sur une dizaine de centimètres. En pot on ajoute du terreau.

Les insectes ravageurs les plus importants sont les teignes du poireau et les mouches de l’oignon. Sont parfois présents les thrips, les mouches mineuses et les vers gris. Du côté des maladies on observe la pourriture, la maladie du charbon du maïs, le mildiou de l’oignon, la brûlure des feuilles et la rouille.

Les teignes du poireau sont réellement problématiques. Dans les régions où elles sévissent, la culture peut être difficile, voire complètement compromise. Les attaques de ces incestes ravageurs se caractérisent par des plants dont les feuilles du centre sont parcourues par des galeries. De nombreux petits trous apparaissent aussi sous les feuilles. Les galeries, faites par des larves, ressemblent à des rainures longitudinales. Les moyens de contrôle consistent à faire une transplantation hâtive et à installer un filet anti-insectes une fois cette opération complétée. En cas d’infestation, on peut faire une pulvérisation de Btk tous les 10 à 12 jours.

Le premier symptôme signalant que des oignons sont attaqués par les mouches de l’oignon est un flétrissement des tiges chez les jeunes plants. Plus tard, cela se traduit par de minuscules tunnels à l’intérieur des bulbes et par la présence de petits vers. Afin de réduire les effets néfastes des mouches de l’oignon, on favorise la présence des oiseaux en début de saison. On peut aussi, tout de suite après une transplantation hâtive, installer un filet anti-insectes. Les traitements avec du savon insecticide, une préparation à base d’ail ou du Btk sont efficaces. Le plus important est de détruire les plantes infestées et de bien nettoyer le sol à l’automne.

La récolte des poireaux commence dès qu’ils ont atteint la grosseur désirée. L’arrachage peut se prolonger jusqu’aux premiers gels. Avec une protection à l’aide d’un géotextile, ils peuvent même passer une partie de l’hiver au potager. Il n’y a pas de moment particulier de la journée pour récolter.

Quand ils sont jeunes, on peut manger les poireaux froids en vinaigrette. En général, ils entrent dans la préparation des potages, tartes, quiches, plats bouillis, etc. Ils peuvent aussi avantageusement remplacer les oignons.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *